#Italie #Togo #Mafia #Ndrangheta Arrestations centaines mafieux dont le Capo di Tutti Capi #SalvatoreColuccio

#Italie #Togo « Mafia #Ndrangheta Arrestations de centaines de mafieux dont le Capo di Tutti Capi Salvatore Coluccio

 

Après avoir subi une importante descente des autorités italiennes mardi 4 juillet, la mafia calabraise est loin d’avoir dit son dernier mot.

Si son pouvoir de nuisance semble s’être amenuisé sur les dernières décennies, ces nouvelles arrestations sont loin de signer la fin de la vendetta.

Arrestation de Salvatore Coluccio, suspecté d’être à la tête de la mafia calabraise « Ndrangheta », au sud de la Calabre, le 10 mai 2009.

Arrestation de Salvatore Coluccio, suspecté d’être à la tête de la mafia calabraise « Ndrangheta », au sud de la Calabre, le 10 mai 2009. / Mario Tosti / Afp

La scène qui se déroulait mardi 4 juillet dans le sud de l’Italie tenait du spectaculaire : un millier de carabiniers, des hélicoptères, des chiens et divers spécialistes ont été déployés pour arrêter 116 membres de la mafia calabraise visés par des mandats d’arrêt. Active depuis le milieu du XIXe siècle, cette organisation tentaculaire, surnommée la « Ndrangheta », a dépassé il y a déjà vingt sa rivale sicilienne sur le plan du chiffre d’affaires comme sur celui des effectifs.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle descente de police a lieu pour mettre en échec l’insaisissable pieuvre. En mai dernier, 68 personnes avaient été arrêtées lors d’une opération similaire. En 2010, c’étaient même 3 000 policiers qui avaient été mobilisés pour arrêter 300 mafiosis présumés. Faut-il y voir un progrès dans la lutte contre la criminalité ?

À LIRE : En Italie, l’excommunication des mafieux difficile à mettre en œuvre

« Les coups de filet étaient beaucoup moins présents dans les années 1950 ou 1960 », analyse Fabrice Rizzoli, auteur de l’ouvrage La mafia de A à Z« Depuis les années 1990, les autorités disposent de bien meilleurs outils juridiques, avec des magistrats indépendants. Voilà déjà vingt ans que les mafieux sont arrêtés et que leurs biens saisis sont réutilisés à des fins sociales. Dans certaines régions, ils sont beaucoup moins présents qu’auparavant », explique celui qui a fondé l’association Crim’HALT, qui prône l’implication de la société civile dans la lutte contre la criminalité.

« Le pouvoir de nuisance de la mafia s’est réduit en termes de violences et de meurtres, mais pas en ce qui concerne les menaces », diagnostique-t-il. Les journalistes italiens restent ainsi sous le feu constant des intimidations, les commerces continuent à se faire racketter, tandis qu’une coopérative sociale qui récupère les biens saisis à la mafia subit plusieurs actes de dégradation, en Calabre.

Un monde qui crée de la mafia

Comment expliquer une telle résilience ? « On vit dans un monde qui crée de la mafia. La manière dont les lois sont faites ou dont les drogues sont prohibées ouvre des opportunités qui organisent le crime », explique l’auteur, qui cite le cas emblématique de la crise des migrants. « Je reste convaincu que quand un bateau débarque, la mafia prend sa dîme. Il y a peu d’enquêtes et de flagrants délits dans ce domaine, mais il y en a quand même. D’autre part, les mafieux ont beaucoup de sociétés de nettoyage, de restauration, des blanchisseries, qui leur permettent d’obtenir des marchés publics liés à l’accueil des migrants ».

La police italienne s’est en effet aperçue en mai dernier que l’un des plus grands centres d’hébergement du pays, à Crotone, en Calabre, était tenu par la Ndrangheta. Le dirigeant de l’association catholique qui s’en occupait avait été arrêté, tout en se vantant d’avoir des liens avec des hommes politiques haut placés.

À LIRE : En Italie, une association catholique complice de la mafia

L’internationalisation du crime complique aussi la tâche : les mafieux calabrais, organisés au sein de centaines de clans, sont actifs dans une trentaine de pays, de l’Australie au Togo, en passant par l’hexagone. « Il y a une permanence de la mafia en France, mais la magistrature préfère systématiquement renvoyer l’enquête à la justice italienne », déplore Fabrice Rizzoli.

Plusieurs articles et enquêtes font état d’une importante présence mafieuse dans la région PACA, mais restent sans effet. « Certaines personnes prennent des risques pour filmer des actes de corruption, mais on continue à se croire loin de tout cela et à demander où sont les preuves… »

Noé Michalon

 

Selon différentes sources dont le dernier World Drug Report 2016 le régime dictatorial de Faure Gnassingbé est au carrefour en Afrique de l’Ouest de divers réseaux de trafics de stupéfiants et ne souhaite plus coopérer avec les institutions chargées de la répression du trafic de stupéfiants mondial. Dont acte.

Pour commencer notre petit tour d’horizon de la galaxie « stup » du clan mafieux Gnassingbé les liens qui unissent celui-ci et la « zone » Iran d’où arrive par bateau des tonnes d’héroïnes d’abord en Afrique de l’Est mais aussi dans la zone du Togo où les navires font escales en Afrique du Sud pour remonter jusqu’au Golfe de Guinée.

Aussi la zone du Togo est un centre important de production et de distribution d’amphétamines exportées vers l’Afrique du Sud et l’Asie grâce aux multiples fermes disséminées un peu partout sur le territoire togolais et garder par les hommes à tout faire des FAT (Forces Armées Togolaises).

La cocaïne est aussi de la partie depuis bien longtemps avec le clan Gnassingbé et son armée personnelle que sont les FAT et leurs hiérarchies militaires complètement corrompues par les diverses mafias et soutenues par la CIA.

La ‘Ndrangheta est en pôle position au Togo dans le business de la coke:

La ’Ndrangheta (ou mafia calabraise) est une organisation mafieuse originaire de la région de Calabre, située dans le sud de l’Italie, à l’est du Mezzogiorno (villes principales : Reggio de Calabre, Crotone, Cosenza, Catanzaro). D’origine rurale comme sa voisine Cosa nostra, elle s’est développée sans trop attirer les médias et la répression policière. Il en résulte une difficulté à connaître son fonctionnement puisqu’il n’y a pas de repentis d’envergure.

La ’Ndrangheta a une hiérarchie bien précise, comme beaucoup d’entités mafieuses. Jusqu’à récemment, on pensait que son organisation n’était pas pyramidale mais reposait sur une structure horizontale.
La ’Ndrangheta a une structure très imperméable, on y compte moins de repentis que dans les autres organisations criminelles.

La ‘Ndrangheta est composée de nombreuses ‘Ndrine (‘Ndrina au singulier), ou cosche (cosca au singulier), qui sont des petits groupes formés en général autour d’une famille, dont le chef est nommé Capo Bastone10.
Les ‘Ndrine ne sont pas toutes de même ampleur et de même importance. Ainsi, la ‘Ndrine Bellocco de Rosarno (Reggio Calabria) par exemple, est l’une des plus puissantes de la ‘Ndrangheta.
Lorsqu’une ‘Ndrina atteint plus de 50 membres, elle peut acquérir le statut de ‘Ndrina distaccata, qui lui permet d’étendre son territoire pour autant que le Locale principal l’y autorise.

On se souvient que dans la nuit du 03 au 4 juin 2003, les autorités espagnoles interceptent au large des îles Canaries un bateau de pêche « l’Alexandra » qui transporte 2 591 kilos de cocaïne en provenance du port de Lomé où les ‘Ndrine du Togo disposent d’infrastructures de stockage et de transbordement.

Les compagnies maritimes MAERSK, Grimaldi et MSC sont dans le viseur des agents anti-drogues italiennes, françaises et de la DEA américaine.

L’ETI l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives au Togo est complice du statu quo que le crime organisé impose au trou « noir » de la finance, de l’extraction minière et des trafics divers au togo.

En effet l’ETI est en retard de plusieurs années quant aux données à rendre public notamment le nom des propriétaires des différentes sociétés immatriculées au Togo de gnanssigbe.

Mineral Production
There is no data.

Togo has rich deposits of iron, chromite, manganese, bauxite, phosphates and limestone. Abundant mineral resources of phosphates and limestone are found along coastal regions, while other mineral deposits are located inland. Togo has no oil and gas reserves yet but has been conducting seismic surveys.
Commodity
Reserves
Unit
Significance
Iron
500
million metric tons
Around Basser
Chromite
50
thousand metric tons
Around Monts Ahito and of Farende
Manganese
15
million metric tons
Around Nayega.
Bauxite
1
million metric tons
Around Mont Agou.
Phosphates
300
million metric tons
Around Basser
Limestones
375
million metric tons
On the coastal sedimentary basins

Les sociétés citées dans ce lien:
https://eiti.org/sites/default/files/documents/2013_togo_eiti_report_fr.pdf

Les sociétés comme POMAR , CARMAR etc… sont inquiétées dans le trafic de cocaïne avec les blocs de marbres ou autres…
Le processus qui permet à des blocs de marbre , la « piedra muneca », d’être transformés en ce qui ressemblerait à du gruyère s’ils n’étaient parallélépipédiques: ils sont percés de trous cylindriques qu’on remplit de tubes en plastique contenant la cocaïne, avant de les refermer avec une pâte faite de poussières.

On ne trouve plus de marbre sur le marché togolais, tout est envoyé à l’exportation…

 

L’exemple de la société CARMAR appartenant à la ‘Ndrangheta calabraise au Togo:

La société CARMAR togo SARLU toujours contribuable en 2015 du fisc Rwando-togolais.
Les affaires continues avec la Ndrangheta et le régime togolais.
Sud Cementi di Russo Fiorino Francesco & C. Sas
Contrada Traccana – 92015 Raffadali (AG)
tel. 0922 472013, 0922 471692
Adresse de Francesco Russo Via Murano 151, 92015 Rafadali Sicile
Fin d’une détention de l’italien RUSSO Francesco libéré Depuis environ un an, l’italien RUSSO FIORINO Francesco Directeur général de la société CARMAR-Togo croupit à la prison civile de Lomé sur instigation du trio infernal des TITIKPINA composé de TITIKPINA Ibrahim agent de banque (BTCI) TITIKPINA Mahamoud entrepreneur et TITIKPINA Mohamed Général et ancien chef d’Etat-major général des FAT, l’homme par qui tous les malheurs arrivent aux autres. Le tort de cet italien, c’est d’avoir créé un groupement d’intérêts économique avec TITIKPINA Mahamoud.
Et c’est dans le cadre de ce groupement que la BTCI leur a accordé un prêt de 492.000.000 Frs conjointement garantis par les deux partenaires. Mais à cause d’une mésintelligence c’est le terme utilisé – Les TITIKPINA ont usé de leur influence pernicieuse pour faire embastiller leur partenaire en narguant qu’il y a délit d’abus de confiance. Suite à cette incarcération, le parquet d’instance de Lomé a ouvert une information judiciaire et maintenu monsieur RUSSO en prison alors qu’aujourd’hui FIAWOO est en liberté. Sur requête des avocats de la défense, le juge d’instruction après avis du parquet, a fixé la caution pour sa libération à 40.000.000 Frs.
La chambre d’accusation fut saisie. En vain, la défense a plaidé qu’il n’y a pas d’abus de confiance parce qu’il s’agit d’une affaire commerciale. Rien n’est fit. Saisi à son tour, la Cour Suprême a fini par dire le droit le 19 juin courant et a ordonné la libération immédiate de M. RUSSO au motif qu’il n’y a pas lieu de le détenir parce qu’il s’agit d’une affaire commerciale. Il n’en demeure pas moins vrai que M. RUSSO a connu des moments sombres et périlleux à la prison civile de Lomé un endroit lugubre où il ne fait pas du tout bon de séjourner.
La décision de la Cour Suprême est à saluer parce qu’elle illustre parfaitement les abus que nous avons dénoncé et qui pourtant continuent à avoir droit de cité sur la terre de nos aïeux pour de multiple raisons assez complexe. Pour nous, il ne fait de doute que M. RUSSO Francesco a été le prisonnier personnel du trio infernal des TITIKPINA qui n’est pas à son premier abus de droit envers tous ceux qui sont tombés dans leur escarcelle. Jeté un partenaire en prison pour s’accaparer des ses biens, est devenu le sport favori des TITIKPINA qui en usent et en abusent. En l’espèce, il s’agit d’usurper d’une carrière dont M. RUSSO est propriétaire à travers la société CARMAR mais, cette fois-ci, leur manège n’a pas abouti au résultat escompté.
Tant mieux pour RUSSO et tant pis pour les usurpateurs patentés. Nous subodorons que les juges du parquet d’instance subissent des pesanteurs mais en réalité, rien ne les empêche de dire le droit s’ils veulent bien faire leur travail. A moins qu’au passage, ils bénéficient de dessous de table, ils ne doivent pas prêter le flanc et être complice des pratiques illégales. Car, l’Etat de droit ne doit pas être soumis à une influence politique ou au pouvoir de l’argent. Faute de le comprendre, notre justice deviendra une galerie de la honte. Si tel est le cas, ces magistrats créent une insécurité judiciaire qui risque, à terme, d’éloigner les investisseurs étrangers de notre pays. Nous disons bravo à la chambre judiciaire de la Cour Suprême qui a sauvé l’honneur. Les juridictions inférieures doivent l’effort de s’inspirer des arrêts de la Cour Suprême pour éviter de tomber trop souvent dans le piège de l’instrumentalisation et de la corruption.
Rodrigue
~~~~(Le COMBAT DU PEUPLE N°798 du 23 au 27 JUIN 2014)
~~Des frères du général Atcha Titikpina pris en flagrant délit de trafic de drogue ?
~~Titikpina Amzah celui la méme qui chérchait diriger la F T F Fédération Togolaise de Football est le patron de ce réseau des Traficants. Titikpina Atcha n´est pas sans le savoir. Il sait bien que c´est de cette affaire que vit son frére cadet Amzah depuis qu´il a été licencié de la Direction technique de l´OTP
~L’information monte dans la capitale comme la fumée d’une herbe : Laminou Titikpina, transporteur et frère cadet du ministre de la protection civile et de la sécurité, Mohamed Atcha Titikpina, serait appréhendé à Sokodé (350 km au nord de Lomé) en possession d’une quantité considérable de cannabis. Son véhicule quittait Sokodé pour Lomé avec des passagers et la « marchandise ». Contre toute attente, il serait d’abord relâché sur intervention de son frangin ministre et a poursuivi le voyage comme si de rien n’était. Le véreux et arrogant chauffeur n’aurait pas respecté, par la suite, les consignes de son frère ministre qui lui aurait demandé de passer le voir une fois arrivé à Lomé. Il serait reparti tranquillement à Sokoké avec d’autres passagers. L’affaire aurait fait du bruit indésirable. Une perquisition effectuée à son domicile aurait fait découvrir une quantité plus importante de la drogue. Arrêté, il serait déféré à la prison civile de Lomé. Le ministre Atcha Titikpina serait soupçonné de trafics d’influence pour obtenir la libération de son frère trafiquant de drogue. A suivre.

cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc

Russo le calabrais gérant la société de granit CAMAR au Togo

ccccccc

ccccc

cccccccccccccccccccccccccccc

ccccccccccccccccccccccccccccccccc

hhhhhhhhhhhhhhhhhh

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s