#Togo #Alerte Commandant Sotou Sakara complice évasion du détenu Adamou prison #Lomé !

#Togo #Alerte Le Commandant Sotou Sakara complice de l’évasion du détenu Adamou prison de Lomé !

 

sakara Sotou

cccccccccccccccccccccccc

Commandant Sotou Sakara gbadja !

 

Résultat de recherche d'images pour "Commandant Sotou Sakara"

 

Togo – Un détenu s’est échappé de la prison civile de Lomé

 

Résultat de recherche d'images pour "Commandant Sotou Sakara"


L’atmosphère est tendue entre les surveillants de l’administration pénitentiaire et leurs supérieurs hiérarchiques. A l’origine, l’évasion d’un détenu de la prison civile de Lomé. L’information vient de notre confrère « Liberté ».

Selon « Liberté », le détenu Adamou s’est échappé de la prison le 27 mai dernier après quelques jours d’incarcération. Pour les surveillants, ces genres de situation sont inhabituels à la prison civile de Lomé.

« Quand il est arrivé à la prison, on l’a mis dans une cellule comme tout prisonnier ordinaire. Mais le lendemain, il a reçu la visite du chef corps, le Commandant Sotou Sakara. Ce dernier a demandé qu’on extraie le détenu avec qui il a discuté pendant quelques minutes. A la fin de la discussion, il a demandé que le détenu soit mis dans une cellule disciplinaire. Pourtant, ce détenu n’a rien fait pour mériter d’être envoyé dans une telle cellule », rapporte le confrère.

Et de poursuivre : « L’ordre du Commandant Sotou Sakara a été respecté et le détenu Adamou est envoyé dans une autre cellule. C’était le 24 mai 2017. Malheureusement et on ne sait par quelle alchimie, le détenu s’évade dans la nuit du 27 au 28 mai 2017. Un surveillant a été mis en cause pour n’avoir pas empêché l’évasion ».

Pour l’heure, l’administration pénitentiaire et les surveillants s’accusent mutuellement.

 

 

TOGO /SCANDALE : Drame à la prison civile de Lomé
Une femme perd ses jumeaux « nouveau-nés » en détention

« Imaginez l’indifférence elle-même érigée en puissance » écrivait Friedrich Nietzsche.

Cette assertion trouve sa justification dans ce qui se passe de nos jours à la prison civile de Lomé. Il y a de cela quelques mois que nous dénoncions la situation d une femme qui vit avec son nourrisson malade à la prison civile de Lomé. Malgré nos dénonciations, sa situation n’a guère évolué. Une prisonnière au nom de Agouze kafui (28 ans) vient de perdre ses jumeaux à la prison civile de Lomé par faute de manque « manque d’essence » pour le transporter à l’ hôpital. SCANDALE !!!

C était depuis le jeudi 10 décembre 2015, qu’elle avait des contractions et était en travail dans sa cellule et ses codétenues ont essayé en vain d’alerter les gardes pénitentiaires en vain pour qu’elle puisse aller accoucher à l hôpital. Malheureusement ces cris n’ont pas eu un échos favorable. Elle a du accoucher dans sa cellule avec l’aide des autres détenues. Elle fut finalement évacuée au à l’hôpital le lendemain pour revenir quelques heures plus tard. Mais le mal a été déjà fait. Les jumeaux n’ont pas pu survivre.

Ce drame humain vient s’ajouter à toute une série de scandale qui gangrène la prison civile de Lomé, faute à une gestion approximative des premières autorités dudit centre. Au rang de ces responsables se retrouve le commandant Sotou Sakara et le chef SAP Balaka qui, au lieu de se concentrer sur les véritables taches qui leurs sont assignées, ces derniers préfèrent plutôt mener des fouilles inopinées des cellules. Selon nos informations, il se fait qu’après leur passage, des détenus se plaignent de la perte de leur bien, souvent de l’argent. Le plus scandaleux dans tous ceci est qu’une fois que les informations remontent au régisseur, ce dernier sans prendre fait et cause pour ses éléments, décline ses responsabilités.

Ce nouveau drame, qui s’apparente à une « non assistance à personne en danger » doit donner le glas à une profonde politique de réforme dans l’administration pénitentiaire qui est pris en otage par des individus sans foi ni loi.

Le chef SAP Balaka après avoir appris le décès des deux nouveau-nés n’a même pas compati avec la victime mais aurait plutôt dit que ce n’était pas « grave » et que ce serait Dieu qui l’aurait voulu ainsi. Mais diantre ! Ça lui coutait quoi de mettre de l’essence dans le véhicule et évacuer à temps cette dame à l’hôpital pour sauver la vie de ces deux petits si tant est que la voiture avait une panne sèche. De la pure cruauté humaine.
Le ministre de la justice est interpelé et il doit prendre des décisions appropriées pour ouvrir une enquête administrative pour mettre au clair ce nouveau scandale, car deux personnes même s’ils sont des nouveaux, ont perdu la vie.
Il y a quelques jours de cela, les chefs des SAP avaient fait rentrer à la prison civile de Lomé, des canabisses et 4 bidons de 25 litres soit 100 litres de sodabi (alcool local) pour vendre aux détenus. Le litre serait vendu à 8000f CFA soit 800.000f CFA les 100 litres de sodabi.
Quand il s’agit de sauver des vies humaines à la prison civile de Lomé les SAP ne sont pas là. Ces derniers préfèrent faire du commerce que de sauver des vies.
La Nouvelle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s