#Centrafrique #Togo #Securité Raphy #Edery s’en va mais son frère Jacques revient! #NikuvInternationalProjects (NIP)

#Centrafrique #Togo #Securité Raphy Edery s’en va mais son frère Jacques revient avec le groupe Nikuv International Projects (NIP)

http://nip-global.com/

 

 

Dans l’article intitulé « Touadéra craque, décide le matin, se contredit à midi et se déjuge le soir », le journal « La Voix des Sans – Voix » avait annoncé l’arrivée d’une délégation d’hommes d’affaires israéliens à Bangui, du 25 au 27 avril 2017.

Selon des informations généralement dignes de foi en notre possession, cette délégation de la société Daniel Investments Ldt. conduite par  Jacques Edery, ci –devant son directeur général, serait effectivement arrivée faisant suite à l’invitation du président Touadéra et serait intéressée par la gestion des documents administratifs et autres titres de l’Etat, dans un premier temps. A la demande de l’homme de Boy – Rabé et dans l’optique des élections de 2021, son expertise s’étendrait aussi à la maîtrise de la base des données, dans un deuxième temps.

Mais, pour tromper l’opinion nationale et internationale, la société Daniel Investments devrait commencer ses activités dans le domaine de constructions de logements à loyers modérés. Pour en savoir un peu plus sur la moralité et la capacité technique de cette société, le journal « La Voix des  Sans – Voix » vous propose de lire ce qui suit :

« Malgré de confortables retours sur investissements, le secteur des télécommunications n’est pas sans danger en Afrique. A fortiori à Bangui.

Décryptage

Depuis sa nomination en avril, le ministre centrafricain des télécommunications, Abdou Karim Meckassoua a fait le ménage dans son département. Il a notamment lancé un vaste audit de l’opérateur public, la société Centrafricaine des télécommunications (Socatel). Mais les contentieux laissés par son prédécesseur n’ont pas été réglés. Le principal est celui de Jacques Edery patron de Daniel Investments Ldt. L’homme d’affaires israëlien est toujours en litige avec l’Etat en vue de récupérer des équipements de haute technologie censés être installés en Centrafrique dans le cadre d’un partenariat avec la Socatel datant de 2009. Au terme de cet accord, Daniel Investments était chargé d’équiper l’opérateur dans le cadre d’une convention pour licence dénommée « Passerelle internationale » permettant ainsi à l’Etat centrafricain de taxer les appels à l’étranger à partir des différents opérateurs de téléphonie.

Mais cette association a été mise à mal par l’arrivée , la même année, de Fidèle Gouandjika à la tête du ministère des télécommunications. Ce dernier, prédécesseur d’Abdou Karim Meckassoua, occupe actuellement le portefeuille de l’Agriculture. Assis sur une confortable fortune, il possède également un complexe hôtelier dans le quartier de Boy Rabe à Bangui. Dès sa nomination le ministre Gouandjika a remercié le staff de la Socatel et dénoncé le contrat de Daniel Investments après le refus de Jacques Edery d’acquitter un ticket d’entrée de 2 millions $. Une clause non prévue au contrat.

Depuis ce différend, l’avocat centrafricain Hermann Soignet Ekomo a été mandaté pour inventorier les équipements  acheminés en Centrafrique et les faire rapatrier en Israël. Entre temps plusieurs entretiens entre l’avocat et Fidèle Gouandjika ont laissé entrevoir un possible amiable à travers la création d’une joint-venture entre Socatel et Daniel Investments.

Les statuts de cette société d’économie mixte ont même été rédigés. Mais cette tentative d’entente n’a jamais abouti. Le nouveau ministre Meckassoua ne donne guère plus de garanties quant à l’avancée du dossier. Le 11 septembre, il s’est entretenu avec Jacques Edery à Paris au restaurant « Aux puits de Jacob ». Sans plus. Alors qu’il menace depuis deux ans de porter l’affaire devant la Chambre de Commerce Internationale de Genève,  l’homme d’affaires pourrait rapidement passer à l’acte. Sa créance se monte à plus de 400 000 $, auxquels s’ajoutent 2 millions $ d’engagements auprès de fournisseurs. Source : Lettre du Continent n° 622 du 3 novembre 2011 »

Jean – Paul Naïba

 

 

FAUSTIN TOUADÉRA À TEL AVIV POUR SÉCURISER SES DIAMANTS ! Le président centrafricain est venu chercher les moyens de protéger l’exploitation desgemmes indispensable à la relance del’économie. Cinq jours après avoir reçu les lettres de créances de Ran Gidor, ambassadeur d’Israël en Centrafrique, Faustin Archange Toua-déra s’est envolé le 7 mai, pour trois jours, à Tel Aviv. Bien qu’établies depuis 1988, les relations entre les deux pays se sont renforcées en 2009 lorsque François Bozizé, dont Touadéra était le premier ministre, avait fait appel à l’homme d’affaires israélien Samuel Sternfeld. L’actuel chef de l’Etat a concentré sa visite sur les dispositifs permettant d’ac-croître l’exportation diamantifère. Protection. Signe de cette priorité, outre le ministre des mines Leopold Mboli Fatran, le ministre conseiller à la présidence chargé des investissements, Jean-Baptiste Koba, était du voyage. Tout au long de mars et avril, ce dernier a invité à Bangui d’anciens agents du Mossad et, comme révélé par La Lettre du Continent, plusieurs hommes d’affaires tels Jacques Edery . Ce dernier, patron de Nikuv International Projects (NIP), convoite le marché de numérisation et de sécurisation de documents administratifs ainsi que la protection des sites diamantifères actuellement aux mains ou sous la menace de groupes armés. Cette insécurité freine les activités de plusieurs sociétés dont la major-angolaise Endiama ou la Sodiam. Acteur historique de ce secteur, le Badica (Bureau d’achat de diamant en Centrafrique) tourne au ralenti. Tel Aviv étant l’une des places fortes internationale sur le diamant, d’autres hommes d’affaires sont attendus à Bangui, l’embargo sur l’exportation des pierres ayant été partiel-lement levé par le processus de Kimberley. Armements. La marge de manœuvre de Faustin Touadéra se trouve, en revanche, limitée par l’embargo onusien continuant de peser sur l’importation d’armes. Une mesure qui, malgré la présence des quelque 11000 Casques bleus de la Minusca, empêche la reprise de zones contrôlées par les chefs de guerre comme Noureddine Adam, ex-numéro deux de la Séléka, dans son fief de Kaga-Bandoro (Centre). Cet embargo n’a pas empêché le président centrafricain d’aborder la question de four-nitures d’armements pour les Forces armées centrafricaines (Faca). Cette visite est intervenue alors qu’un imposant ballet de hauts responsables onusiens a délé à Bangui, parmi lesquels le président en exer-cice de l’assemblée générale des Nations unies, Peter Thomson, et le sous-secrétaire général chargé des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, en raison de l’assassinat de cinq Casques bleus dans le sud-est du pays. A.I.

 

NIP GLOBAL OFFICES

HEAD OFFICE

8 Maskit Street
Herzliya 4614002, Israel
Email: contact@nip-global.com
Tel: +972-747176700
Fax: +972-99519377

BOTSWANA OFFICE

Postnet Kgale, PO Box AB 7, ABC, Phakalane
Gaborone, Botswana

ZIMBABWE OFFICE

13 Mount Road, Avondale
Harare, Zimbabwe

SOUTH AFRICA OFFICE

West Tower, Maude Street Nelson Mandela, Square Santdon
Johansesburg, South Africa

LESOTHO OFFICE

Golf View Estate, Unit No. 1
Maseru, Lesotho

MADAGASCAR OFFICE

ARO Fefiloha I – TF No. 39 787A Apt. B404, Ampefiloha
Antananarivo, Madagascar

CYPRUS OFFICE

6 Afstralias Street
Limassol 3017, Cyprus
Tel: +357-25-030244

NIP’S TOP EXECUTIVES

  • Mr. Emmanuel Antebi – Chairman & Founder
  • Maj. Gen. Giora Eiland – Special Advisor
  • Mr. Amnon Peer – Deputy CEO
  • Mr. Ron Asher – Regional Manager of Africa
  • Ms. Evgenia Bobovnikov – Software Architecture Manager

 

Une société israélienne reconnue coupable de la corruption d’un responsable étranger

NIP Global a été condamné à payer une amende par le Tribunal de Tel Aviv pour avoir donné de l’argent au directeur-général d’un ministère du Lesotho avec pour objectif d’avantager ses intérêts commerciaux

Maseru, capitale du Lesotho. Une entreprise israélienne a été reconnue coupable de corruption d'un responsable gouvernemental dans ce pays africain. (Crédit CC BY, OER Africa, Flickr)

Maseru, capitale du Lesotho. Une entreprise israélienne a été reconnue coupable de corruption d’un responsable gouvernemental dans ce pays africain. (Crédit CC BY, OER Africa, Flickr)

Une entreprise israélienne a été reconnue coupable, jeudi, par un Tribunal local de corruption sur un responsable africain dans le but de faire avancer ses intérêts commerciaux.

Dans le cadre d’un arrangement, NIP Global – connu également sous le nom de Nikuv – a été condamné à payer une amende de 4,5 millions de NIS (soit 1,15 million de dollars) par le Tribunal d’Instance de Tel Aviv pour corruption exercée sur un responsable gouvernemental du Lesotho.

La Cour a noté que cette affaire marque la toute première condamnation d’une entreprise israélienne reconnue coupable de corruption sur un officiel étranger, ce qui est un crime selon la loi israélienne.

L’entreprise basée à Herzliya produit des cartes d’identification de haute technologie et des produits pour l’enregistrement des populations, le contrôle aux frontières et autres domaines similaires.

En 2012, NIP Global avait signé un accord de 30 millions de dollars avec le gouvernement de Lesotho pour la vente en Afrique de ses produits.

Avant de concrétiser cet accord, la compagnie avait loué les services d’un intermédiaire local, Motsotuoa Makoa, qui avait mis en relation les représentants de NIP Global et Retselisitsoe Khetsi, directeur-général au sein du ministère de l’Intérieur du Lesotho.

En échange de l’avancée de ses intérêts commerciaux dans le pays, l’entreprise avait payé à l’intermédiaire la somme de 500 000 dollars, un montant dont une grande partie était destinée à Khetsi.

Khetsi et Makoa ont tous les deux dû répondre de cette affaire devant la justice au Lesotho.

En plus de l’amende et de la confiscation de ses actifs, l’entreprise a l’obligation dans le cadre de l’accord trouvé de coopérer avec les services judiciaires du Lesotho chargés de l’enquête sur cette affaire. Elle devra également revoir sa politique interne pour empêcher d’autres cas de corruption à l’avenir.

Le Procureur Jonathan Tadmor a déclaré dans un communiqué émis par le ministère de la Justice que ce jugement “établit un précédent”, disant qu’il agira comme “un signal d’avertissement significatif pour les individus ou les entreprises qui opèrent à l’étranger et qui oublient que l’Etat d’Israël est engagé dans la lutte contre la délinquance économique et contre le phénomène de la corruption » partout dans le monde.

Le ministre de l’Intérieur du Lesotho Joang Molapo, qui a fait annuler le contrat passé avec NIP Global en raison de ce qu’il a qualifié de frais “exorbitants”, a indiqué devant un Tribunal du Lesotho en 2014 que les responsables de l’entreprise avaient également tenté de le corrompre pour résoudre un litige sur la facturarion, selon le Lesotho Times.

Un autre responsable du ministère a été interrogé par la police du Lesotho sur des allégations affirmant que l’entreprise israélienne lui avait prêté 46 000 NIS (12 000 dollars).

 

Il y a aussi le marketing politique nauséabond financé avec l’argent du contribuable à perte avec à Libreville l’organisation du match de football entre le PSG et BORDEAUX tandis qu’au mêem moment le dictateur leucémique togolais invitait le Prix Nobel de la Paix polonais LECH WALESA pour plus de 100 000 dollars plus les frais de séjours, billets d’avions etc…

On se souvient que le tyran togolais avait fait un plan marketing terrible pour son voyage officiel en Israel en début d’année 2013 où il avait faillit passer de vie à trépas.

Ce séjour organisé par l’ex Ambassadeur Israélien en Côte d’Ivoire et au Togo , Benny OMER et le gestionnaire de fait des richesses minières du Togo (phosphates et pétrole OFF SHORE) Raphy EDERY.

Qui est RAPHY EDERY ?

RAPHY EDERY PATRON DES PHOSPHATES TOGOLAIS ET FOURNISSEUR DE MATERIEL A L’A.N.R.

 L’ancien député de la Knesset (Parlement israélien) RAPHY EDERY PATRON DES PHOSPHATES TOGOLAIS, CORRESPONDANT DU MOSSAD ET SURTOUT FOURNISSEUR OFFICIEL DU MATERIEL DE TELECOMMUNICATION DE L’A.N.R. (agence nationale de renseignement). C’est dans cette agence que se pratique les TORTURES D’ETAT sous la responsabilité du tyran FRAUDE GNASSINGBE et du colon YETROFEI MASSINA. L’ISRAELIEN RAPHY EDERY est un homme lige de FAURE GNASSINGBE. Déjà en 2001, FRAUDE GNASSINGBE a fait introduire en conseil des ministres par le Ministre Andjo un projet de décret accordant des royalties à une société appartenant à EDERY donc sur le pétrole togolais. Avec ENI (Groupe Italien de production et de distribution d’hydrocarbure) aujourd’hui ils exploitent déjà le pétrole togolais, car comment comprendre que depuis 2001 à ce jour les recettes du pétrole ne rentrent pas au budget. Eni annonce que le début de l’exploitation pourrait être l’année prochaine. Vous comprenez donc comment FURE GNASSINGBE et ses amis ont placé en coupe réglée l’économie togolaise ! Nous retrouvons 2 ISRAELITES A LA TETE DE LA DICTATURE TOGOLAISE: CHARLY DEBBASCH POUR TOUT CE QUI TOUCHE LE JURIDIQUE (Manipulation Constitutionnelle…) et pour TOUT CE QUI EST BUSINESS ET REPRESSION (S.N.P.T. et A.N.R.) RAPHY EDERY!

 

Le blanc sur la photo Jacques Edery l’affairiste dans la sécurité frère de Raphael Edery qui a fait tant de mal dans les phosphates et l’ANR (Agence Nationale de Renseignement) la gestapo d’Adolf Gnassingbé au Togo

 

Image associée

A gauche le Marocco-Israélien Raphael Edery qui pilla le Togo et complice des tortures et assassinats de la gestapo togolaise

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :