#Israel #Togo #Yaalon: »si #Netanyahu n’est pas inculpé, je dirai tout ! #ThyssenKrupp

 

Yaalon : si Netanyahu n’est pas inculpé, je dirai tout

L’ancien ministre de la Défense est “certain” que le Premier ministre est corrompu et a mis “en danger l’intérêt du pays pour son profit”

Le chef d'État-major Gadi Eizenkot, Moshe Yaalon, alors ministre de la Défense, le président Reuven Rivlin et le Premier ministre Benjmain Netanyahu à l'inauguration du nouveau sous-marin "Rahav" à Haïfa le 12 janvier 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le chef d’État-major Gadi Eizenkot, Moshe Yaalon, alors ministre de la Défense, le président Reuven Rivlin et le Premier ministre Benjmain Netanyahu à l’inauguration du nouveau sous-marin « Rahav » à Haïfa le 12 janvier 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

L’ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon a menacé de « tout dire » sur la corruption présumée de Benjamin Netanyahu si le Premier ministre n’était pas mis en examen dans les trois enquêtes dont fait actuellement l’objet ses proches ou lui-même.

« Je savais que de précédents Premiers ministres avaient été corrompus pour leur propre bénéfice, mais c’est quelque chose de complètement différent quand un Premier ministre met en danger l’intérêt du pays pour son profit », a déclaré Yaalon à la Deuxième chaîne.

Yaalon, ministre de la Défense limogé l’année dernière, en partie après des désaccords avec Netanyahu sur le scandale dit des sous-marins, dans lequel l’avocat personnel du Premier ministre aurait influencé un accord à plusieurs milliards de dollars en faveur du constructeur naval allemand qu’il représente en Israël, a récemment témoigné dans l’enquête dite « Affaire 3 000 », en raison de ses connaissances sur le processus entourant l’achat de navires à la compagne allemande ThyssenKrupp.

La police a ouvert une enquête criminelle sur le sujet, mais a souligné que le Premier ministre n’était pas considéré comme un suspect.

Netanyahu est cependant le suspect de deux autres enquêtes de la police.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le rédacteur en chef du Yedioth Ahronoth, Arnon Moses. (Crédit image composée : Flash90)

Dans l’ « Affaire 1 000 », il est soupçonné d’avoir illégalement accepté de très chers cadeaux de riches hommes d’affaires.

L’ « Affaire 2 000 » porte sur un accord de contrepartie présumée entre Netanyahu et le propriétaire du quotidien le plus vendu en Israël, Yedioth Ahronoth, où le Premier ministre aurait proposé de réduire la distribution du concurrent du journal en échange d’une couverture plus favorable.

Il dément toute malversation.

Quand il lui a été demandé si le Premier ministre était coupable de corruption, Yaalon a répondu : « j’en suis absolument certain. »

Il a ajouté: « s’il n’est pas inculpé, je partirai en tournée pour tout dire. Je révèlerai tout. »

Répondant à ces propos, des sources proches du Premier ministre ont dit à la Deuxième chaîne que « les déclarations [de Yaalon] sont bonnes pour la poubelle et sont totalement vides. Ses mensonges éhontés seront bientôt dévoilés. Il n’est même pas nécessaire de rappeler que le ministère de la Justice a publié un communiqué officiel, en accord avec le parquet et le procureur général, indiquant que le Premier ministre n’était suspecté de rien du tout dans l’ ‘Affaire 3 000’. [Yaalon] serait sage de trouver un autre moyen de passer le seuil électoral. »

Yaalon a annoncé qu’il formerait son propre parti politique pour défier le Likud de Netanyahu.

F160111MA007-e1463380704189m

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :