#Togo #Angleterre #Scandale Group Keras PLC Nayiega (Kpendjal) #Manganèse #Uranium #Commonwealth

#Togo #Angleterre #Scandale Group Keras PLC Nayiega (Kpendjal) #Manganèse #Uranium

 

ssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

 

Le Togo dispose d’une richesse minière impressionnante. C’est une lapalissade. Le pays est assis sur d’innombrables ressources naturelles à telle enseigne que certaines personnes n’hésitent pas à le qualifier de « pays béni de Dieu ». Il possède du pétrole en offshore et aussi du marbre, du manganèse, des attapulgites, du calcaire, du fer, de l’or, de l’uranium, mais surtout un très important gisement de phosphates dont il est d’ailleurs le cinquième producteur mondial. Malheureusement, ces minerais, au lieu de profiter aux populations, constituent plutôt pour elles une source de « MALEDICTION ».

Parler du secteur minier togolais, c’est prendre le risque d’ouvrir un chapitre délicat des séries de scandales dans l’histoire du pays. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, l’exploitation de ces ressources entourée d’une opacité quasi légendaire a des conséquences malheureuses sur l’environnement, mais aussi pour les populations des zones concernées. Si l’exploitation de certains gisements « prospère», d’autres par contre n’ont pas fait long feu. C’est le cas du gisement de manganèse de Nayiega (Kpendjal) où, après quelques mois de production, la société « Ferrex plc » a disparu, abandonnant les carrières de plusieurs hectares, mais aussi la main d’œuvre locale qu’elle employait.

Une visite dans la localité nous a permis de toucher du doigt les réalités liées à cette exploitation ainsi que les conditions de vie de ses populations, qui croupissent« naturellement » sous le poids d’une misère « affreuse ».

L’éphémère exploitation

Nayiega est un village de quelques centaines de personnes, situé aux abords de la Nationale 24, qui quitte Dapaong pour Mandouri à la frontière du Bénin, en passant par Naki-Est et Borgou. On y retrouve une large communauté Moba, comme dans la plupart des villages de la région des Savanes. Cette localité qui, en principe, devrait connaître une prospérité enviable puisqu’elle héberge une immense réserve de manganèse, se trouve paradoxalement dans un état de délabrement total.

Pour l’exploitation des minerais de manganèse, il ressort de nos recherches qu’elle avait été confiée à la société britannique Ferrex plc qui s’est muée en Keras Plc fin 2015. Cette compagnie d’exploitation des ressources minières possède dans son portefeuille un des actifs au Togo, au Gabon et en Afrique du Sud.

Le projet de Nayiega couvre 92 390 hectares et porte sur un gisement principal long de 2,2 km et large de 500 m, avec une épaisseur moyenne de 3,3m. Cette société avait décroché en 2014 le permis de conformité environnementale pour ledit projet et annoncé le 30 octobre de cette même année, l’obtention du précieux sésame qui lui pave la voie pour l’exploitation minière.

La compagnie minière cotée à Londres avait, par ailleurs, obtenu des extensions de ses permis de prospection, suite à sa renonciation à 50% de la superficie couverte par le projet conformément au code minier en vigueur. Lesdits permis lui avaient été renouvelés pour deux nouvelles années et devraient à échéance être reconduits pour une autre période de deux ans. «Le renouvellement du permis d’exploration démontre aussi l’appui que la compagnie reçoit au Togo et nous permet de continuer le programme d’exploration en cours qui est en train de définir une nouvelle minéralisation de manganèse hors du gisement principal de Nayiega », avait commenté Dave Reeves, Directeur général de Keras, qui s’est dit « ravi » de l’obtention du permis de conformité environnementale.

Pour ce qui concerne la convention d’exploitation, Ferrex avait annoncé le 30 mars 2015, qu’après plusieurs mois de négociations, elle est parvenue à un accord avec les autorités togolaises sur une convention minière, ouvrant ainsi la voie à la phase d’exploitation du gisement. «Nous avons fait des progrès significatifs, en amenant, au cours des deux derniers mois, le projet manganèse à sa mise en valeur», faisait savoir Dave Reeves.

Tout porte à croire que l’exploitation proprement dite a du plomb dans l’aile car, sur le terrain, les travaux sont à l’arrêt. Mais, interrogé en mars 2017 par l’agence rutilance.com, le Directeur général de Keras a affiché un optimisme quant au projet. « Nous espérons commencer le développement du projet dans le courant de l’année », a-t-il confié.

Mais en attendant la reprise effective de l’exploitation du manganèse, nous avions rencontré les populations de cette localité qui se sont confiées par rapport à ce projet.

L’état des lieux

Le début d’exploitation du manganèse a été bien accueilli dans un premier temps par les populations de Nayiega. Mais très vite, elles ont déchanté suite au départ précoce de la société, mais aussi à cause des conditions de travail précaires et extrêmement difficiles auxquelles la main-d’œuvre locale a été soumise.

Dans les carrières où étaient exploités les métaux précieux, on retrouve des puits de dizaines de mètres qui témoignent logiquement qu’il y a eu à ces endroits des activités minières. Ces puits ont été creusés par des habitants de la localité en contrepartie d’une rémunération. « Quand ils étaient arrivés, ils nous ont approchés pour que nous travaillions pour eux. Comme à part l’agriculture, nous n’avons plus d’activités génératrices de revenus, nous n’avions pas trouvé d’inconvénients. C’est ainsi qu’on a commencé à leur creuser les puits. Sur chaque mètre carré, nous percevions 5000F CFA. Mais le travail était pénible et nous avions revendiqué une augmentation. Ce qui fut fait », raconte un habitant du village. Celui-ci a décrit à sa façon le déroulé du travail. « Une fois que nous finissons de creuser, les Blancs mettaient les pierres aux fours et repartent directement avec la substance. Nous avions fait cela durant quelques mois », ajoute-t-il.

Ces puits laissés ouverts présentent sans doute un réel danger pour les populations dont certaines disposent des champs aux alentours des carrières. «Il arrive parfois que certaines personnes tombent dans les trous, surtout nos enfants qui se promènent dans les parages. C’est vraiment dangereux », affirme un homme du milieu.

En ce qui concerne les terrains, certains propriétaires terriens rencontrés disent n’avoir rien perçu sur les parcelles qui hébergent les gisements dans le cadre du projet. « Quand ils étaient arrivés avec les autorités locales, ils nous ont fait beaucoup de promesses, mais jusqu’à présent, nous n’avons rien perçu», confie un vieux. Cette affirmation a été confirmée par deux de ses enfants qui, eux, disent garder toujours espoir quant à une indemnisation adéquate.

La misère au crépuscule

Les difficultés sont légion à Nayiega. Les populations sont confrontées à un manque criard d’eau potable, comme on le constate d’ailleurs dans la plupart des localités environnantes. « Il y a de vieilles installations d’eaux qui ne marchent pratiquement plus. L’eau est une denrée rare ici, et ce sont surtout nos enfants qui en souffrent. Il est constant de retrouver des personnes atteintes de cécité, d’autres faire régulièrement de la diarrhée. Certains y laissent facilement leur vie », relate un chef de quartier.

Le milieu ne dispose pas de marché public. Pour des activités commerciales, les populations sont obligées de se déplacer sur Naki-Est qui se trouve à quelques kilomètres.

Lors de notre visite, les populations nous ont interpellés par rapport à un pont brisé qui reliait Tierougou aux autres quartiers du village. « Ce pont est vraiment précieux pour nous. Maintenant, pour que les habitants de Tierougou rejoignent l’autre côté du village, c’est la croix et la bannière. Les enfants qui vont à l’école sont obligés de traverser eux aussi, la rivière qui passe sous le pont. C’est une situation compliquée. De grâce, que les autorités nous viennent en aide pour résoudre cette situation », lance un jeune du milieu.

Malgré l’arrêt des travaux, les populations croient toujours à un retour de la société. La récente déclaration de M. Dave Reeves, Directeur général de Keras, qui annonce la reprise incessante des travaux ne peut qu’être salutaire pour les populations qui espèrent qu’avec l’exploitation de leur manganèse, il y aura forcément des retombées pour leur localité. « Nous accueillons favorablement les projets sociaux communautaires bien organisés et nous en avons tenu compte dans tous nos calculs des coûts », évoque-t-il à l’agence Rutilance.com. Et d’ajouter : « Dans la zone Nayiega, la compagnie envisage de réaliser un projet phare qui sera défini en consultation avec la communauté locale et le gouvernement ». Vivement !

Shalom Ametokpo

 

Keras is AIM’s only Australian gold mining company. The Company is leveraging the Board’s extensive mine development experience to capitalise on near term production opportunities where good margins can be made despite price cycle lows to generate cash flow to assist in funding larger, higher value projects.

 

Company address 27/28 Eastcastle Street, London, W1W 8DH, United Kingdom

Actionnaires
Nom Actions %
David Russell Stuart Reeves 185 334 649 10,8%
Walker Crips Stockbrokers Ltd. 114 756 000 6,67%
Jarvis Investment Management Ltd. 114 391 000 6,65%
Hargreaves Lansdown Stockbrokers Ltd. 89 852 000 5,23%
Roy Aubrey Pitchford 78 993 055 4,59%
TD Direct Investing (Europe) Ltd. 54 257 000 3,16%
Russell John Lamming 41 944 444 2,44%
Centaurus Ltd. 41 366 667 2,41%
Barclays Bank Plc (Private Banking) 38 534 000 2,24%
Peter Gordon Hepburn-Brown 34 227 955 1,99%

 

 

1 – Gold Mining in Australia commenced in March 2016 and is targeting production of 20-30,000 ounces from these properties. This was achieved at a low cost just 9 months after Keras’ first joint venture agreement with a subsidiary of Norton Gold Fields Keras has balanced portfolio of gold assets including its 100% interest in th 374,000 ounces scalable Klondyke Gold Project and attributable gold resource inventory of over 500,000 ounces in the proven gold region of kalgoorlie. These include the high grade underground Prince of Wales Mine which hosts a historic resource of 154,000 @ 8g/t gold the joint venture agreement with KalNorth to mine all known resources, totalling 3,974,600t @ 1.7g/t for 215,100 oz, located at the Lindsay’s deposit located 50km NE of kalgoorie.

2 – The Nayega Manganese Project in Togo, is being advanced as a low capex manganese mine which will generate cash flow for the Company within nine months of receipt of the mining permit. Nayega, in northern Togo, is 30km away from a main road which has >500,000t per annum back loading capabilities and direct access to the regionally important deepwater port of Lome 600km away. The project has a JORC Code Compliant Measured and Indicated Resource of 11Mt @13.1% Mn and an internal desktop scoping study indicated low capital costs associated with establishing a 250,000 tonne per annum mining operation at 38% Mn with operating costs of approximately US$2/dmtu FOB. A Definitive Feasibility Study has been completed and the indicative results highlight the robust economics associated with bringing the Project into production. The full results will be deliver on receipt of the Mining Licence, which is under application.

Brian Moritz

Non-executive Chairman
Brian is a Chartered Accountant and former Senior Partner of Grant Thornton, London. He formed Grant Thornton’s Capital Markets Team which floated over 100 companies on AIM under his chairmanship. In 1995 he retired from Grant Thornton to concentrate on bringing new companies to the market as a director. He concentrates on mining companies, primarily in Africa, and was formerly chairman of African Platinum PLC (Afplats) and Metal Bulletin PLC as well as currently being chairman of several junior mining companies
.

Dave Reeves
Managing Director
Dave holds a first class honours degree in mining engineering from the University of New South Wales, a graduate diploma in applied finance and investment from the Securities Institute of Australia, and a Western Australian first class mine managers certificate of competency. He has over 25 years’ experience and has operated in Australia, Africa and Europe in gold, precious metals, mineral sands, bulks and copper. He is non-executive Chairman of ASX and AIM listed European Metals Holdings.

Russell Lamming
Non-executive Director
Russell Lamming is a qualified geologist with an honours degree in geology from the University of the Witwatersrand and a Bachelor of Commerce in Economics from the University of Natal. Russell has a broad range of experience including directorship of a South African mining consultancy and precious metals analyst for a leading international broker and was the CEO of AIM listed Chromex Mining and Goldplat Plc.

Peter Hepburn-Brown
Non-executive Director
Peter Hepburn-Brown is a qualified mining engineer with over 35 years of international mining experience, having managed gold mines in Australia and internationally. Peter will be responsible for establishing gold production and assisting with the development of Keras’s other projects.

James Carter
Chief Financial Officer
James is a CPA with 17 years’ experience in the mining industry. James was most recently CFO of Straits Resources, a diversified metals group listed on the ASX. Prior to this James was CFO and Company Secretary of SGX listed Straits Asia Resources and was integral to its development as a 10 million tonne per annum coal producer in Indonesia. His work at Straits included debt and equity capital markets, tax strategy, M&A and corporate governance. James was involved with equity and debt capital markets raisings of $2 billion in the last 5 years. James is a board member of Worldwide Energy, an aspiring Indonesian coal company and PTT Asia Pacific Mining.

Peter George
Chief Operating Officer
Peter is a qualified mining engineer with over 22 years of experience of experience in Australia and Scandanavia. Peter has a WA first class mine managers certificate and most recently ran his own underground contracting business.

 

sssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

sssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s