#Togo #Liberia #Gambie Adolf Gnassingbé et son mercenaire Ben Yeaten depuis 2003 en route pour la CPI ?

Togo #Liberia #Gambie Adolf Gnassingbé et son mercenaire Ben Yeaten depuis 2003 en route pour la CPI ?

 

According to our sources, the FBI agents who visited Monrovia came from regional assignments across Africa. They resided at Cape Hotel in Mamba Point and Palm Spring Hotel in Congo Town, opposite the residence of former president Charles Taylor.
A number of FBI agents travelled to Togo, where they are investigating Benjamin Yeaten, Charles Taylor’s former security chief. Mr. Yeaten is expected to face war crimes charges.
Our sources said while in Monrovia, the FBI agents were allegedly being followed by local security forces. There are reports that some members of this government would face war crimes charges. Other individuals who are not part of the government but are reported to have murdered innocent Liberians are likely to face the international criminal court (ICC) in The Hague.

 

For years, Benjamin Yeaten, former head of Charles Taylor’s security forces has been eluding justice for crimes he reportedly committed during Liberia’s civil war.
There are reports that he has been sheltering between The Gambia and Togo, hoping that he would be shielded by the leaders of the two countries.
Now, it seems the Federal Bureau of Investigation (FBI) is closing on Yeaten and there are reports that the bureau is negotiating with the government of Togo in a bid to turn him over for crimes he allegedly committed in Liberia.
Sources hinted The News that the FBI has been negotiating with the Togolese Government for some time so that they would turn Yeaten over. However, Togolese President Faure Gnassingbé is reported to be unenthusiastic about the request. But our sources indicated that pressure is mounting on President Gnassingbé and it appears he may well succumb.
According to reports, Yeaten, formerly head of the Special Security Service (SSS) now transformed into the Executive Protective Service (EPS), is alleged to be training Gnassingbé’s bodyguards, a claim which the Americans do not dismiss.
Although Mr. Gnassingbé recently won a third term with 58.75 percent of the vote, which opposition challenged, but source in Togo confirmed that Yeaten resides in the Capital, Lome.
Should Mr. Gnassingbé refuses to turn Yeaten over to the Americans, sources believe that there would be political and economic pressure placed on Togo.
Yeaten is among several Liberians wanted for war crimes and crimes against humanity. He’s also among few Liberians whose names have not been delisted from the UN travel ban.
However, he’s wanted on a number of charges ranging from recruiting of child soldiers to rape, among others.

 

Depuis au moins 2003 le criminel mercenaire libérien Benjamin Yeaten tue pour le clan Gnassingbé à travers la sous-région.

Le gouvernement togolais a démenti dimanche soir avoir molesté l’ex-chef d’Etat major adjoint de l’armée libérienne, le général Benjamin Yeaten, réfugié au Togo depuis octobre dernier sous une fausse identité.

La femme du général Yeaten, citée dimanche par une radio étrangère, avait affirmé que son mari avait été « molesté » par la gendarmerie togolaise et était « porté disparu depuis vendredi dernier ».

« Les autorités togolaises n’étaient pas informées avant le 16 mars 2004 de la présence à Lomé du général Benjamin Yeaten, ce dernier s’étant introduit au Togo par voie terrestre en provenance du Ghana le 3 octobre 2003 sous l’identité de James Diah », précise un communiqué officiel.

« C’est suite à une mission inopinée à Lomé par le tribunal spécial de Sierra Léone, sous le couvert des Nations unies le 19 mars 2004 pour prendre contact avec le nommé James Diah que la vraie identité de l’intéressé a été révélée aux autorités togolaises », poursuit le texte.

Selon Lomé, les représentants du tribunal spécial ont souhaité retourner à Freetown avec le général Yeaten, mais ce dernier a refusé, indiquant qu’il préférait se rendre au Libéria ou rester au Togo.

Le gouvernement, poursuit le communiqué officiel, a en conséquence pris des mesures de sécurité et « pour sa propre sécurité » le général Yeaten « a été mis sous surveillance au mess des officiers de la gendarmerie nationale et depuis ce jour, un contact a été établi entre lui et sa femme ».

Le général Yeaten a pour sa part dénoncé devant la presse une « tentative d’enlèvement », soulignant qu’il avait été « sauvé grâce à la vigilance des autorités togolaises ».

Le général libérien a affirmé qu’il avait été molesté par des « étrangers ». « Dépassé, j’ai fait appel aux autorités togolaises », a expliqué à la presse l’ex-chef d’Etat major.

Le militaire a encore déclaré qu’il n’avait « pas de problème avec la gendarmerie togolaise ». « Je suis bien traité par les autorités togolaises et je souhaiterais rester à Lomé », a-t-il précisé.

 

Résultat de recherche d'images pour "benjamin yeaten"

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s