#Togo #Révolution La jeunesse togolaise est dans la rue, il ne manque plus que les CDR pour virer Gnassingbé

La jeunesse togolaise est dans la rue, il ne manque plus que les CDR pour virer Gnassingbé

Par Julie Amadis

« Ce mouvement des enseignants apparait réformiste et non révolutionnaire au premier abord. mais dans un pays sous dictature Franceàfric du dictateur Gnassingbé depuis 12 ans pour le fils Faure auquel il faut ajouter les 38 ans du père,
cette grève fait tache d’huile »
Alice, 35 ans, institutrice à Lomé, gagne l’équivalent de 176 euros. Elle perçoit donc QUATRE FOIS plus que la moyenne des Togolais (39€ en 2012) et le double du salaire minimum….mais elle n’a pas l’eau courante chez elle !!!!
« Le revenu mensuel moyen par habitant au Togo s’élève à 42 $,
soit 500 $ par habitant et par an.

Source : Banque mondiale, 2012″
(après la conversion en euros cela fait 39€)
JDN »

La jeunesse est dans les rues des villes togolaises depuis lundi 6 mars. Et ils sont de plus en plus d’élèves des écoles à être mobilisés.


« Révolution Mercredi la jeunesse dans la rue Afagnan, Lomé,Tabligbo, Kara, Dapaong, Mango, Tséviè
A Lomé comme à l’intérieur du pays, les élèves sont unanimes. Ils réclament les cours. L’on apprend que les élèves de Tabligbo vêtus de rouge ont bloqué les routes, de même que leurs camarades de Tsévié.
En ce moment, ceux du lycée Afagnan se sont transportés dans les établissements privés pour déloger leurs camarades.
A Lomé, c’est le même scénario. Certaines sources indiquent que les élèves de Saint Joseph ont été aussi délogés par ceux du lycée de Tokoin. » Peuples Observateurs

LES JEUNES DES VILLES TOGOLAISES DANS LA RUE

Dans la capitale togolaise et dans les autres villes les lycéens sortent dans les rues pour protester contre Gnassingbé et son gouvernement, qui, par leur refus d’écouter les revendications des enseignants les empêchent d’aller en cours et d’apprendre. Depuis 8 heures dès lundi suite à l’annonce de la grève de 3 jours des enseignants de presque tous les établissements scolaires sont sortis dans les rues d’après le journal Le Temps. Les élèves sont des milliers dans les rues de Lomé.

« La grève est massivement suivie dans presque toutes les écoles. » Le Temps
A Walala les lycéens ont bloqués la nationale 1.
Les manifestations des élèves interviennent dans le contexte de la grève de trois jours qu’opère la Coordination des syndicats de l’éducation du Togo (CSET). Ce débrayage, « reconductible si aucune solution n’est trouvée », a débuté  lundi.

Élèves et enseignants appellent à de nouvelles manifestations le 9 et 11 mars.Il faudrait désigner des délégués révocables 1 pour 5, 1 pour 25, 1 pour 625.
Une coordination digne de ce nom doit  être formée de délégués conseillers ayant chacun 625 délégateurs juniors ou pionniers.
La coordination des élèves et étudiants du Togo souhaite « mettre fin au bâclage et au bachotage des cours et à la dévalorisation de l’école Togolaise en enfin à l’abrutissement de la jeunesse ».
Voici son communiqué :

« La Ligue Togolaise des Droits des Étudiants (CEET), les majors et les élèves réunis au sein de la Coordination des élèves et étudiants du Togo (CEET) convient tous les élèves, les étudiants et les parents d’élèves à une grande marche de protestation ce jeudi 09 mars 2017 et ce samedi 11 mars 2017 à partir de 08h pour demander au gouvernement de satisfaire aux revendications légitimes des enseignants en vue de mettre fin au bâclage et au bachotage des cours, à la dévalorisation de l’école Togolaise et enfin à l’abrutissement de la jeunesse« , peut-on lire dans le communiqué.

Cette marche de protestation débutera au marché de Bè et chutera au ministère des Enseignements primaire et secondaire, en passant par le grand carrefour DECKON. (TogoSite)

On voit ici que les jeunes Togolais souhaitent une autre éducation, une éducation anti bachotage une éducation qui cherche à les faire réfléchir et non à les transformer en moutons de Panurge.
Des revendications révolisationnaires mélangées à des revendications formoises compradores.
Mais ne pas donner les critères #1pour5 #1pour25 #1pour625 vise à maintenir un contrôle bureaucratique sur la mobilisation.

ENSEIGNANTS MOBILISES DEPUIS 5 MOIS

Les enseignants sont mobilisés depuis octobre 2016 pour réclamer de meilleures conditions

de travail.
Face au mutisme du gouvernement et à la condescendance du ministre Gilbert Bawana, les enseignants maintiennent leur grève et l’amplifient.
La CSET la coordination des syndicats enseignants a appelé à 3 jours de grève de lundi 6 mars à mercredi 8 mars. Extrait de son communiqué :

«La Coordination des syndicats de l’éducation du Togo appelle tous les enseignants à observer une grève de trois jours pour le lundi 6 mars mardi 7 mars, et mercredi 8 mars reconductible si aucune solution n’est trouvée » A Lomé.com

Les enseignants réclament des primes non perçues

La CSET met la gomme et demande au gouvernement le remboursement « [immédiat] des précomptes abusivement et arbitrairement effectués sur les salaires, ce qui ne respecte aucun principe à la matière« , ajoute le communiqué.

Ce mouvement des enseignants apparait réformiste et non révolutionnaire au premier abord. mais dans un pays sous dictature Franceàfric du dictateur Gnassingbé depuis 12 ans pour le fils Faure auquel il faut ajouter les 38 ans du père, cette grève fait tache d’huile. Les étudiants se mobilisent maintenant et peut être demain on verra rejoindre cette mobilisation l’ensemble des travailleurs Togolais, des travailleurs payés 39 euros en moyenne qui peinent à survivre dans ce territoire sous esclavage Franceàfric.

TRANSFORMATION QUANTITÉ QUALITÉ

LES RÉVOLTES DE JEUNES PEUVENT SE TRANSFORMER EN RÉVOLUTION

La première loi de la dialectique prévoit que l’accumulation de quantité débouche toujours sur une nouvelle qualité.
L’accumulation de combats réformistes peut déboucher sur une lutte et une victoire révolutionnaire.
Le 8 mars 1917, les ouvrières du textile à Petrograd ont lancé une grève qui fut l’étincelle de la révolution qui a renversé le Tsar.

mercredi 8 mars 2017

8 mars 1917 Ce sont les femmes de Petrograd qui déclenchèrent la révolution russe

par Yanick Toutain
REVACTU
8/3/2017
Le quota de 1 délégué pour 500 qui permit l’organisation du pouvoir du peuple en mars 1917 à Petrograd est précurseur de ce que les femmes d’Afrique feront bientôt.
Ce seront 20 millions de femmes qui seront désignées déléguées de  base de CDR Sankara
Ce seront 800 000 femmes qui seront choisies
comme déléguées conseillères pour gérer les comités de villes
Ce seront 32 000 femmes qui seront choisies
comme déléguées députées pour gérer les comités de région
Ce seront 1280 femmes qui seront choisies
comme déléguées nationales pour gérer les comités nationaux
Ce seront 51 femmes qui seront choisies
comme déléguées internationales pour le CIRAF,
Comité International de la Révolution Africaine

il est donc établi que la Révolution de Février fut déclenchée par les éléments de la base qui surmontèrent l’opposition de leurs propres organisations révolutionnaires et que l’initiative fut spontanément prise par un contingent du prolétariat exploité et opprimé plus que tous les autres – les travailleuses du textile, au nombre desquelles, doit-on penser, l’on devait compter pas mal de femmes de soldats. La dernière impulsion vint des interminables séances d’attente aux portes des boulangeries. Le nombre des grévistes, femmes et hommes, fut, ce jour-là, d’environ 90 000. Les dispositions combatives se traduisirent en manifestations, meetings, collisions avec la police. (Léon Trotsky)
Aujourd’hui les élèves sont dans les rues, il y a 3 semaines c’était les chauffeurs de taxi qui manifestaient et depuis 5 mois les enseignants sont en première ligne de la contestation.
Et ça ne s’arrêtera pas là, de plus en plus de couches de la population viendront grossir les rangs des manifestants..

Comme en 1788 en France, dans la Journée des Tuiles à Grenoble, ce sont les couches privilégiées qui sont les premiers à protester.

La journée des Tuiles est le nom donné à une émeute, survenue le 7 juin 1788 à Grenoble, au cours de laquelle les insurgés ont affronté la troupe à coups de tuiles, dans le contexte de la fronde parlementaire consécutive à la tentative de réforme du garde des Sceaux Lamoignon et du contrôleur général des finances Loménie de Brienne.
Cette émeute marquante du début de la Révolution française a fait trois morts et vingt blessés dans la population et un assez grand nombre de blessés parmi les membres du régiment de Royal-Marine1.
Cette première grave insurrection contre l’autorité royale provoquera la réunion des États généraux du Dauphiné moins de dix mois avant celle des États généraux de 1789 à Versailles. Néanmoins, cette insurrection populaire peut sembler contradictoire, puisqu’elle vise à soutenir des privilégiés conservateurs contre une monarchie réformatrice.

Les enseignants  gagnent 2 fois le salaire minimum et plus de 4 fois plus que le salaire moyen au Togo qui est de 39€/mois.

 » Le revenu mensuel moyen par habitant au Togo s’élève à 42 $, soit 500 $ par habitant et par an.
Source : Banque mondiale, 2012″ (après la conversion en euros cela fait 39€) JDN »

Jeune Afrique donne des informations très précises sur les salaires des enseignants et leur mode de vie à travers l’exemple d’Alice, 35 ans, institutrice à Lomé.
Bien que elle fasse partie des couches privilégiées de la population togolaise, dans un pays sous occupation militaire française et sous dictature Franceàfric, elle est pauvre.
Pauvre tout en appartenant néanmoins à une « élite » africaine. Alice, 35 ans, institutrice à Lomé, gagne l’équivalent de 176 euros. Elle perçoit donc QUATRE FOIS plus que la moyenne des Togolais (39€ en 2012) et le double du salaire minimum….mais elle n’a pas l’eau courante chez elle !!!!
Cela donne une idée de l’ampleur de la pauvreté dans les territoires sous domination esclavagiste !

« Alice est mensuellement rémunérée à 115000 francs CFA, une somme au-dessus du salaire minimum interprofessionnel garanti au Togo (58000 francs). » Jeune Afrique

QUELLE SERA LA NOUVELLE QUALITE ?

Selon la loi découverte par Hegel et Engels, « Toute accumulation d’une quantité crée une nouvelle qualité ».

L’accumulation de manifestations et de grèves va créer une nouvelle qualité.

La question est de savoir QUELLE SERA LA NOUVELLE QUALITÉ ?

Max Savi Carmel  nous fait remarquer que toutes ces manifestations étaient spontanées. Il insiste sur le sentiment d’injustice qui a poussé les jeunes à manifester. Comme un trop plein qui doit exploser, les revendications ne sont pas toujours bien claires mais la colère contre le gouvernement est là.

« ….  parce qu’aucune de ces manifestations n’était prévue, elles ont étaient spontanées, à la fois pour contester l’augmentation du prix de produits pétroliers et bien évidemment, celles des élèves qui ne demandent que le retour au tableau de leurs profs. D’autres manifestations suivront sans doute, dans les mêmes conditions ou presque. C’est l’instinct de suivi et le refus de l’injustice qui ont fait sortir les gens dans la rue pour la manifestation de mardi. Et l’adolescentrisation de la crise scolaire par les ministres de tutelle fait sortir nos adolescents, filles et garçons qui nous croyaient, en bons aînés, plus intelligents. A travers le gouvernement, nous avons vite montré nos limites et ça, ils ne l’accepteront pas. Cette génération « tête-baisée » c’est à dire tenue par le smartphone et le whatsapp ne comprend plus qu’à un problème simplet, notre réponse, celle du gouvernement ne puisse être rien d’autre que les représailles. L’obstination de deux ministres maladroits à vouloir imposer les errements d’un gouvernement qui balbutie. Et ça, les élèves le savent mieux que nous.  Regardez les manifestants contre le prix des produits pétroliers ! Ils ne veulent rien, ils veulent juste ne pas mourir de faim. Ils ne veulent pas que l’Etat leur offre, en aumônes républicaines quelque manne que ce soit, ils veulent que leurs travails honnêtes portent le fruit mérité. Ils sont conducteurs de taxis ou de zémidjans (taxi-moto), ils sont fonctionnaires ou modestes employés… N’ont-ils pas raison de penser que, alors que le prix du baril brut est stable sur le marché mondial, le Togo n’augmente aussi sensiblement le prix de l’essence à la pompe ? Sans aucune explication si ce n’est les rumeurs de réseaux sociaux vite devenus clameurs puis réalités. Comment ne pas les comprendre ? C’est le minimum pour un gouvernant raisonnable. Idem pour les mouvements de fronde des enseignants. Depuis plusieurs années, mêmes rengaines, mêmes refrains, mêmes couplets, mêmes menaces, mêmes actions. Et après, plus rien. Peuples observateurs

LA FRANCEAFRIC VA CERTAINEMENT PROPOSER UN NOUVEL AGENT FRANCEAFRIC
POUR REMPLACER GNASSINGBE

Les entreprises françaises prédatrices sont majoritaires dans le paysage économique togolais.
On y trouve les mêmes entreprises qui ont financé Fillon et Sarkozy pour le coup d’état contre Gbagbo en Côte d’Ivoire en 2012, Accor, Bolloré, Total.

ENTREPRISES FRANÇAISES IMPLANTEES DANS LE PAYS.
16 filiales stricto sensu, mais plusieurs dizaines d’établissements détenus par des Français (personnes physiques).
Parmi les principales filiales au sens strict : brasserie BB (groupe Castel), entreprises liées au secteur portuaire (GETMA, BOLLORE), à l’énergie (TOTAL), à l’hôtellerie (ACCOR), au commerce (CFAO), l’huilerie NIOTO (GEOCOTON dont le principal actionnaire est le consortium ADVENS/ CMA CGM), etc.
Parmi les établissements à intérêts français : AFRICA WEST CARGO, compagnie aérienne cargo qui a été rachetée, à hauteur de 60 % par la société française ECB (European Cargo Systems) et qui donc peut être considérée désormais comme une filiale française de plein droit, deux entreprises importantes de transport routier (RENALDO et STTR), et de nombreuses autres petites et moyennes entreprises dans les secteurs liés au BTP ou à l’hôtellerie/restauration, le petit commerce et les industries agro-alimentaires (minoterie, par exemple).

(document PDF de l’ambassade de France au Togo)

Alors Togolais n’imaginez pas que vous combattez uniquement Gnassingbé en manifestant. Vous combattez la Franceàfric et elle ne se laissera pas faire.

ALA BI NADJINOUDINE EST MORT PARCE QU’IL MANIFESTAIT CONTRE L’AUGMENTATION DES PRIX

Il y a eu 1 mort pendant les manifestations contre l’augmentation du prix du pétrole il y a 15 jours et de nombreux blessés à cause de l’attaque des forces de l’ordre.

« Selon un communiqué du gouvernement togolais, le bilan des manifestations est d’un mort et un blessé mais certaines sources indépendantes font état de plusieurs blessés. Sur les circonstances du décès qui est enregistré, le ministre de la Sécurité, Yark Damehane, a expliqué que le manifestant est mort par balle à Agoe-Zongo le mardi aux environs de 18 heures et a déploré ce qui est arrivé. » Koaci

La Franceàfric comme elle le fait toujours quand elle sent que ses valets ont atteint leur seuil d’impopularité, présentera un nouvel agent qui sera présenté comme un opposant au précédent dictateur.
C’est ce qui a été fait dernièrement au Gabon avec Jean Ping.

IL FAUT DES CDR AU TOGO POUR DÉGAGER GNASSINGBE ET METTRE EN PLACE UN GOUVERNEMENT DU PEUPLE

Si les revendications des enseignants sont réformistes et ne pourraient déboucher sur aucun véritable changement, dans lecontexte d’une dictature Franceàfric, elles prennent une toute autre tournure.

La colère des Togolais est grande. Des salaires de misère ne donnant même pas accès à l’eau potable dans son logement pour la très grande majorité, une absence totale de liberté d’expression, une éducation de bachotage et de manipulation des cerveaux (comme le contestent les lycéens),…. tous ces mécontentements ont fait déborder un vase bien trop pleins.
Comme c’est souvent le cas dans les périodes pré révolutionnaires, ce sont les couches les plus privilégiées de la population qui commencent par manifester, les revendications ne sont pas révolutionnaires et ne prennent pas en considération les désirs des plus pauvres…. mais elles sont le wagon qui va entraîner tous les autres et faire avancer le train vers une autre société sans impérialiste, sans dictateur.

Pour réussir une vraie révolution et pour vaincre l’impérialisme il est indispensable de reprendre l’héritage de Thomas Sankara et mettre en place des CDR.

Des délégués révocables. Des personnes de confiance choisit à la base dans les quartiers dans les villages.
1 délégué de base représente 25 personnes
25 délégués de base se choisissent un délégué conseiller
25 délégués conseillers se choisissent un délégué député
25 délégués députés se choisissent un délégué national

CONCLUSION

Dans le pays du Premier président africain Sylvanus Olympio, un résistant qui a lutté pour une véritable indépendance avec une monnaie propre et a été assassiné par la Franceàfric en 1963, la résistance à l’impérialisme ne peut qu’être vive.
Le Togo s’embrase. Les Togolais refusent d’accepter le sort que le Président Franceàfric Gnassingbé leur soumet.
Pour que ces soulèvements spontanés se transforment en une nouvelle belle société, partageuse et sans impérialistes pilleurs de richesse et esclavagistes des salaires, il est indispensable que les Togolais s’organisent et se choisissent leurs représentants. Il faut qu’ils reprennent l’héritage de Sankara et fassent des CDR… Sinon ce sera un nouveau pantin Franceàfric, comme Jean-Pierre Fabre,qui sera au pouvoir au Togo et qui continuera à sucer le sang et la sueur des Togolais

Résultat de recherche d'images pour "cdr sankara"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s