#Israel #USA #Togo #Trump aurait demandé rapport sur #scandales #Netanyahu

Trump aurait demandé un rapport sur les scandales de Netanyahu après ses propos sur sa personnalité

Yedioth Ahronoth affirme que la Maison Blanche étudie les enquêtes sur le dirigeant israélien, après que ce dernier a mis en garde les ministres sur le président

Le président américain Donald Trump et son directeur de cabinet Reince Priebus dans le Bureau ovale de la Maison Blanche, le 23 janvier 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Le président américain Donald Trump aurait ordonné à l’équipe de la Maison Blanche de lui fournir un rapport sur les enquêtes criminelles en cours impliquant le Premier ministre Benjamin Netanyahu, suite à la publication de propos que le Premier ministre aurait tenus sur la personnalité de Trump, a annoncé mercredi le quotidien israélien Yedioth Ahronoth.

Dimanche, la Deuxième chaîne avait annoncé que Netanyahu avait dit au cabinet de sécurité que bien que Trump soit plus amical envers Israël que l’ancien président Barack Obama, il ne tolèrerait pas de construction sans limite en Cisjordanie ou à Jérusalem Est, et que les dirigeants israéliens devaient éviter une « confrontation » avec la nouvelle administration et prendre « en compte la personnalité » de Trump.

Selon Yedioth, qui critique depuis longtemps Netanyahu et ne cite pas de source dans son article, les conseillers de Trump auraient considéré que les propos de Netanyahu sur la personnalité de Trump franchissaient une ligne rouge, car ils considèreraient toute référence à la personnalité du président, ou toute remise en cause de ses compétences comme un affront personnel.

Trump, qui aurait été informé des propos de Netanyahu, aurait ordonné que lui soit fourni un rapport synthétisant les enquêtes criminelles dont le Premier ministre fait l’objet en réponse aux informations de la Deuxième chaîne, afin de savoir s’il est affaibli politiquement ou s’il est quelqu’un avec qui, selon les termes du journal, le président « peut conclure des accords ».

Netanyahu est actuellement considéré comme suspect dans deux enquêtes, surnommée l’Affaire 1 000 et l’Affaire 2 000.

Benjamin Netanyahu et le producteur Arnon Milchan lors d'une conférence de presse, le 28 mars 2005. (Crédit : Flash90)

L’Affaire 1 000 porte sur des cadeaux illégaux que Netanyahu et sa famille auraient acceptés de la part d’hommes d’affaires milliardaires. Le Premier ministre et son épouse Sara auraient notamment reçu des cigares et du champagne pour une valeur de plusieurs centaines de milliers de shekels du producteur hollywoodien Arnon Milchan.

L’Affaire 2 000 se concentre sur un accord de contrepartie entre Netanyahu et Arnon Moses, propriétaire de Yedioth Ahronoth. Netanyahu aurait demandé une couverture plus favorable à son égard du journal et de son site d’information, Ynet, en échange d’une réduction de la distribution du concurrent du Yedioth, le quotidien gratuit pro-Netanyahu Israël Hayom.

Si l’information publiée mercredi par Yedioth est vraie, cela indiquerait un revers important pour Netanyahu à la veille de sa rencontre avec Trump, alors qu’il a déclaré avant de partir pour les Etats-Unis que l’alliance israélo-américaine serait « encore plus forte » avec la nouvelle administration.

Yoav Horovitz, le directeur de cabinet de Netanyahu, aurait dit mardi à des journalistes que le gouvernement « envisage d’utiliser des détecteurs de mensonge » après la divulgation des propos du Premier ministre sur la personnalité de Trump. Il a ajouté que de telles divulgations, même si elles semblent relativement inoffensives, nuisent aux intérêts sécuritaires d’Israël.

Les propos du Premier ministre ont eu lieu deux jours après la publication d’une interview de Trump par Israël Hayom, dans laquelle le président américain a exprimé pour la première fois une critique directe des implantations et de leurs implications sur les négociations de paix futures.

« Chaque fois que vous prenez des terrains pour des implantations, il reste moins de territoire, avait déclaré Trump. Mais nous étudions tout cela, et nous cherchons d’autres options que nous verrons. Mais non, je ne suis pas quelqu’un qui pense que la croissance de ces implantations est une bonne chose pour la paix. »

Le candidat républicain à l'élection présidentielle américaine Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à New York, le 25 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Ces déclarations ont surpris de nombreux politiciens de droite en Israël, qui voient en Trump une opportunité pour étendre les implantations en Cisjordanie sans critique américaine, et qui ont demandé à Netanyahu de prendre partie de leur rencontre pour retirer son soutien à une solution à deux états avec les Palestiniens.

Mardi, la veille de la rencontre entre Netanyahu et Trump, un responsable de la Maison Blanche a déclaré que, même si l’administration Trump chercherait à conclure un accord de paix entre Israël et les Palestiniens, la solution à deux états n’était pas nécessairement la voie qui conduirait à la paix.

Raphael Ahren et Eric Cortellessa ont contribué à cet article.

Résultat de recherche d'images pour "netanyahu fils"

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :