#Crise historique Ordre de #Malte: Le Pape François contraint à la démission le grand-maître

Un spectaculaire affrontement entre le pape François et le grand-maître de l’Ordre de Malte s’est conclu, mercredi 25 janvier, par la démission du second à la demande du premier. Reçu mardi après-midi par le pontife argentin, Fra Matthew Festing, en principe nommé à vie, a accepté de démissionner à la demande du pape, a fait savoir l’organisation caritative. Le dignitaire britannique doit encore réunir son souverain conseil pour que la démission soit formellement entérinée et qu’un lieutenant intérimaire soit nommé pour préparer l’élection de son successeur. Ce sera chose faite samedi.

Cette crise à la tête de l’Ordre a lieu alors que certains secteurs de l’Eglise continuent de critiquer des orientations données par le pape François, notamment en ce qui concerne la famille et la place des divorcés remariés. « L’Ordre est une victime colatérale de la relation difficile entre le pape et le cardinal Raymond Burke », estime Alain de Tonquédec, vice-président de l’association française des membres de l’Ordre de Malte. Ce cardinal ultraconservateur, virulent critique de François, avait été écarté de la curie par le pape en 2014 et envoyé comme représentant auprès de l’Ordre de Malte – un poste essentiellement honorifique.

Le coup de théâtre de mardi survient après deux mois de tension entre le Vatican et l’Ordre de Malte, fondé en 1048, à Jérusalem, et actif dans quelque cent vingt pays, où ses membres et bénévoles gèrent notamment des hôpitaux et des dispensaires. Au point que ces deux vénérables institutions catholiques ne se parlaient plus que par communiqués acrimonieux. L’organisation avait en effet refusé, au nom de sa souveraineté, une enquête interne ordonnée par le pape François.

Eviction controversée

Le déclenchement de l’affaire remonte au 6 décembre 2016. Ce jour-là, comme l’a raconté le quotidien catholique La Croix, le grand maître de l’Ordre souverain de Malte, Fra Matthew Festing, a exigé la démission de son grand chancelier (l’un des principaux responsables du gouvernement de l’Ordre), l’Allemand Albrecht von Boeselager. Devant le refus du grand chancelier d’obtempérer, le grand maître a fini par le démettre de ses fonctions.

La raison de cette éviction ? Selon l’hebdomadaire catholique britannique The Tablet, elle serait à rechercher du côté des préservatifs qui auraient été distribués à des personnes porteuses du VIH pour prévenir des contaminations, du temps où Albrecht von Boeselager était responsable des questions humanitaires de l’organisation. L’Allemand aurait expliqué dans un courriel avoir été limogé, car trop « libéral ».

Au Vatican, certains observent que ce limogeage intervient aussi au moment où le frère d’Albrecht von Boeselager a été nommé au sein du conseil d’administration de la Banque du Vatican, en plein assainissement après avoir été éclaboussée par des scandales ces dernières années.

Le 22 décembre 2016, le pape François avait demandé à une commission constituée de cinq prélats et présidée par l’archevêque Silvano Tomasi, ancien observateur permanent du Saint-Siège aux Nations unies, d’enquêter sur cette éviction. Le lendemain, l’ordre religieux laïque avait, dans un communiqué, déclaré « inacceptable » cette décision du pontife argentin, le limogeage du grand chancelier étant « un acte de gouvernement interne de l’Ordre souverain de Malte et, par conséquent, relev[ant] uniquement de sa compétence ». L’Ordre est en effet un sujet de droit international (sans territoire), reconnu par plus d’une centaine d’Etats et régi par une charte constitutionnelle.

Le 10 janvier, le site de l’Ordre publiait un nouveau communiqué « en réponse aux activités menées par un groupe nommé par le secrétaire d’Etat [numéro deux] du Vatican ». Il y affirmait « l’insignifiance légale de ce groupe » et son intention de ne « pas coopérer avec lui ». Une semaine plus tard, le 17 janvier, le Saint-Siège ripostait en confirmant sa « confiance » au groupe nommé par le pape François « afin de l’informer », dénonçait « toute tentative de discrédit » contre ses membres et priait l’Ordre de coopérer. Dans une lettre divulguée par The Tablet, Matthew Festing accusait des membres de la commission d’être liés à « un fonds [situé] à Genève ». Le blocage semblait total. Il s’est résolu par la démission annoncée mercredi.

Polémique sur les divorcés remariés

Déjà inusuel en soi, ce duel au grand jour se greffe sur une controverse au sein de l’Eglise sur les divorcés remariés, ancienne puisqu’elle avait nourri des mois de débats en 2014 et 2015, lors des deux synodes de l’Eglise catholique sur la famille, et ravivé fin 2016.

Lire aussi :   Couples non mariés, divorcés remariés : le pape prône la « miséricorde » au cas par cas

En novembre, le vaticaniste Sandro Magister avait rendu publique une lettre adressée au pape François. Signée par quatre cardinaux connus pour leurs positions conservatrices, exprimées, notamment à l’occasion des synodes, elle demandait au pontife de faire la lumière sur cinq points considérés comme obscurs de son exhortation apostolique sur la famille, Amoris lætitia.

Ces dubia (« doutes », en latin) concernaient en particulier l’accès aux sacrements des divorcés remariés. Pour de nombreux lecteurs, Amoris lætitia leur ouvrirait désormais cette possibilité dans certaines conditions. Cette innovation heurte les plus conservateurs. Le pape François n’a, semble-t-il, pas répondu à cette lettre. En revanche, dans un entretien au quotidien catholique Avvenire, il a critiqué « un certain rigorisme » concernant la famille : « Certains ne comprennent toujours pas, pour eux tout est blanc ou tout est noir, même si la vie aide à discerner. »

Le 30 novembre, à la veille de la Journée mondiale contre le sida, le 1er décembre, il a par ailleurs appelé à ce que « tous adoptent des comportements responsables pour prévenir une propagation ultérieure de cette maladie », sans préciser si cela concernait l’usage des préservatifs.

Or, l’un des cardinaux auteurs de la lettre sur les dubia, le cardinal Raymond Burke, était présent, le 6 décembre, au côté de Fra Matthew Festing, lors du limogeage d’Albrecht von Boeselager. LE MONDE

COMMENTAIRE:

Le type en uniforme rouge avec plein de décorations n’est pas un général d’Amérique du sud. Il est surtout le dépositaire d’une montagne de fric qui roupille à Malte, dont on sait le coté plus paradis fiscal que paradis tout court. Sous couvert de conflits de dogme, c’est surtout une bataille sans merci pour le contrôle du grisbi, dont on sait, depuis Francis Blanche et les Tontons, qu’y toucher fait monter les tensions. Le vin de messe a un goût de pomme…

Si le vrai Ordre de Malte a du soucis en interne pour des histoires de dogmes et de gros sous alors que dire du faux ordre de Malte d’Eric Duval le franco-Chino-SaoToméen ??!!

 

mmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s